Le point sur la réalisation du projet

Alors que nous commémorons le début du Centenaire de la Grande Guerre, nous disposons de l’essentiel du matériel roulant nécessaire avec la rame historique composée de :

  • La locomotive Suzanne, classée monument historique, restaurée et fonctionnelle,

la Suzanne en baie de somme

  • Le wagon-tombereau du Meusien également classé,

le wagon-tombereau exposé

  • La voiture d’époque du Meusien,

une voiture meusienne de l'époque 1900

  • Le wagon sanitaire aménagé pour le transport des grands blessés,

un wagon-sanitaire de la première guerre mondiale

  • La voiture-salon d’honneur empruntée par le Président Poincaré (en cours de réalisation).

un wagon en construction, il deviendra un wagon salon


3 vieux wagons qui vont devenir des baladeusesLe « chantier La Suzanne » va construire prochainement les 3 voitures pour touristes à partir des wagons que nous possédons afin d’avoir la possibilité de transporter 75 passagers.

un panneau montrant la direction du chantier d'insertion la suzanne

Nous disposons de la maîtrise foncière de la totalité de la plate forme d’origine sur les 4,2 km avec :

  • la pleine propriété de la parcelle sur laquelle sera construite la gare de départ avec son bâtiment abritant le train,

  • l’accord des communes, des services de l’Etat, de l’ONF et des propriétaires privés pour réutiliser l’ancien tracé.

Les travaux ont débuté en juillet 2013 avec la préparation de l’aire de départ du train et la mise en réserve des milliers de tonnes de calcaire nécessaires à la remise en état de la plate forme.

sur notre site de notre futur gare : du ballast

Nous disposons sur site des 4 750 tonnes de ballast nécessaires.

Une portion de 600 mètres a déjà été déboisée, sécurisée et traitée pour la pose de la voie.

une portion de notre trajet prete à la pose de la voie

Nous avons stocké à proximité les 10 km de rails nécessaires qui nous ont étés donnés par le ministère de la Défense ainsi que l’ensemble des éclisses et tire-fonds utiles.

notre stock de rails

La valorisation de l’ensemble de ces apports en matériels roulants et en matériaux représente une somme considérable…étant entendu que la valeur de La Suzanne est inestimable !

La première phase des travaux menée sous maîtrise d’ouvrage du CFHVS est en cours depuis un an et devrait se terminer par la repose de la voie d’ici le printemps 2015.

Les concours financiers de la Communauté d’agglomération de Bar le Duc « Meuse Grand Sud » qui soutient à l’unanimité notre projet, du Conseil régional et, nous l’espérons, du Conseil général permettront de boucler le budget.

La communauté d’agglomération de Bar le Duc vient de voter unanimement le financement d’une part déterminante de la second phase qui consiste à construire le vaste bâtiment abritant le train et les divers aménagements nécessaires (accès, parking, VRD…). Le Conseil général, le Conseil régional et le GIP Objectif Meuse sont appelés à nous permettre de boucler le budget. Rappelons que la souscription lancée en septembre 2009 nous a permis de mobiliser plus de 75 000€ avec plus de 1000 donateurs dont une vingtaine de communes. La maitrise d’ouvrage devrait être finalement assurée par le CFHVS afin de pouvoir être en mesure de transporter nos premiers voyageurs au printemps 2015.

Notre objectif est que nous puissions être totalement opérationnels et rôdés avec la mise en place des animations complémentaires, notamment la restitution d’un hôpital de campagne dans un vaste baraquement Adrian, pour commémorer dignement la bataille de Verdun en 1916.

Les modalités d’exploitation du train historique :

Compte tenu des contraintes climatiques, le fonctionnement du train historique sera limité à la saison favorable, soit de début avril à fin septembre comme pour la plupart des trains touristiques.

Compte tenu des contraintes techniques de fonctionnement inhérentes à la traction vapeur qui nécessitent une « mise en chauffe » de plusieurs heures avant d’obtenir une pression suffisante, le fonctionnement du train sera organisé sur plusieurs jours consécutifs. Les vendredis, notamment pour les scolaires, ainsi que les samedis, dimanches et jours fériés sont les jours les plus appropriés.

Le train fonctionnera à raison de 2 allers-retours par jour en moyenne l’après-midi. La durée du trajet avec les arrêts et le retournement sera de 1 heure 45 minutes. La durée totale d’une rotation incluant les procédures d’embarquement et de débarquement sera de deux heures. Ainsi deux rotations seront organisées de 14 à 16 heures et de 16 h 15 à 18 h 15. Les personnes qui le souhaitent pourront partir avec le premier train et revenir avec le dernier.Pendant les mois d’avril à mai et de septembre, le nombre de rotations sera maintenu à 2 par jour, mais le nombre de jours sera réduit.

Pendant la pleine saison, de juin à août, le nombre de voyages pourra être porté à trois notamment les dimanches et les jours fériés avec une première rotation le matin de 10 à 12 heures.

L’étude de Protourisme, confirmée par celle de Kanopée, confirme le fort potentiel d’accueil de voyageurs avec de 5 000 à 6 000 entrées payantes lors de la première saison d’exploitation et une montée à 10 000 sur 5 ans.

Les visiteurs en groupes représenteront environ 70% dont 30% de scolaires.

le symbole de la voie sacrée routière : une borne le symbole de la voie sacrée ferroviaire : La Suzanne

Voie Sacrée routière Voie Sacrée ferroviaire

Ecrit le 2 août 2014 par Jean Laurent, cent ans après l’ordre de mobilisation !